Index du Forum
Image Hosted by ImageShack.us
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

De l'Armée du Silence à l'Ordre de Diessa

 
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> Background de la guilde
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Alvy
Meisterin


Inscrit le: 10 Nov 2006
Messages: 1316
Localisation: Dans la boîte

MessagePosté le: Dim 12 Nov 2006 5:27 pm    Sujet du message: De l'Armée du Silence à l'Ordre de Diessa Répondre en citant

Le bureau qui fut jadis celui de Phenixia puis d’Angmar était plongé dans l’obscurité à l’exception d’une unique chandelle que promenait Presea Wilder à travers la pièce. Par sa main libre, elle retenait fermement celle de Naelia, la fille de Hlyna Elnis.

"Assieds toi sur ce fauteuil", dit doucement la nécromante à la fillette en indiquant un des deux sièges qui se trouvaient à l’entrée du bureau.

Naelia ne se le fit pas répéter et la jeune femme se mit immédiatement à fouiller le bureau du Premier Consul.
Quelques minutes lui suffirent pour trouver le parchemin qu’elle cherchait. Ce dernier indiquait une longue liste de noms, des organisations diverses parmi lesquelles certaines étaient soulignées. Presea parcourut ceux-ci des yeux et pointa la guilde recherchée du doigt.


« Alliance Chaotique : Organisation discrète fondée par Tamarhim Amakiir, un noble envoûteur ascalonnien d’une quarantaine d’année ainsi qu’une poignée de personnes de profils semblables. Nous manquons d’informations mais il apparaît que leurs desseins sont suspects ; ils semblent vouloir étendre leur domination et leur influence sur Ascalon et peut-être même la Tyrie entière. Leur organisation est structurée autour d’un conseil de membres fondateurs. Ils sont coutumiers de l’emploi de mercenaires pour servir leur cause. »

Presea releva des yeux inquiets vers la petite fille qui avait été placée sous sa garde par Hlyna et Alasdair, partis pour Amnoun. Naelia s’amusait en silence à projeter des ombres sur le mur avec ses mains.

La nécromante abandonna le parchemin sur le bureau de Hlyna et vint s’agenouiller devant l’enfant. Elle lui sourit et s’adressa à elle avec douceur :


"Très joli moa, Naelia. Viens, nous retournons auprès des autres."

Presea se releva et tendit la main à la fillette qui la suivit immédiatement.

Pendant ce temps, Nathanaël Lazare avait rassemblé tous les membres présents au Temple dans le hall principal. Lorsque Presea et Naelia y pénétrèrent à leur tour, la tension était manifeste. Malie Orkaan les aperçut dans la foule et vint sans attendre à leur rencontre.


"Qu’en est-il ?", interrogea l’envoûteuse.

Presea lui fit part des fruits de sa recherche sans perdre un instant.

"Cela semble fondé. Tout porte à croire que l’élémentaliste dit vrai."

Malie se retourna vers l’homme en question, tout en s’adressant à la nécromante.

"Cela ne m’étonne guère, Phelnan Remiah est fiable."

L’élémentaliste répondant au nom de Phelnan Remiah avait fait irruption au Temple quelques heures auparavant à bord d’une frêle embarcation.

L’homme en question était à bout de forces, couvert de sang. Il insistait pour voir le Premier Consul, réclamant une audience immédiate. Presea s’était méfiée de cet étranger et avait hésité à s’en débarrasser avant que Malie ne reconnût l’homme. Des années durant, Phelnan avait coopéré avec Malie et lui avait fourni de nombreux renseignements. Elle parvint à grand peine à obtenir un sursis, le temps nécessaire à la vérification des informations qu’il avait fournies.

Les deux femmes échangèrent un regard inquiet avant que Malie ne rompît le silence :


"Ils ont choisi leur moment pour passer à l’attaque. Il doit y avoir un traître parmi nous… plusieurs peut-être… Ce n’est pas un hasard s’ils projettent de s’en prendre à nous tandis que la plupart des membres sont en mission."

Presea détourna les yeux de l’envoûteuse et détailla chaque visage. Malie reprit :

"J’ai une mauvaise nouvelle également. Les communications avec l’extérieur ont été neutralisées. Je ne sais pas encore comment ils s’y sont pris. On ne peut plus accéder au Temple que par les moyens… traditionnels."

Le visage de la nécromante demeura impassible :

"Alors nous serons seuls. Mais nous lutterons néanmoins. Quand pense-t-il qu’ils prévoient d’attaquer ?"

Malie lui répondit sur un ton concentré à travers lequel nulle trace d’inquiétude ne filtrait.

"Demain. D’après lui… Sa guilde a rendu les armes ce matin à l’aube. Avant qu’il ne prît la fuite, il a surpris une conversation entre deux notables de l’organisation en question."

Presea regarda l’envoûteuse un court instant, suspicieuse.

"Il savait où vous trouver… ?"

Malie lui adressa un regard surpris et répondit avec une franchise manifeste :

"Non, c’est un hasard."

La nécromante la dévisagea avant de conclure :

"Peu importe, nous tirerons tout cela au clair sous peu et nous avons mieux à faire pour l’heure. Annonçons leur le danger qui nous guette et préparons nous."

Malie s’abstint de commenter les doutes émis à son sujet et acquiesça. Elle fit volte face de manière à capter le regard et l’attention de tous, puis leur présenta la situation.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Alvy
Meisterin


Inscrit le: 10 Nov 2006
Messages: 1316
Localisation: Dans la boîte

MessagePosté le: Dim 12 Nov 2006 5:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ce matin-là, le froid mordant poussa un jeune rôdeur, Nathanaël Lazare, à marcher d’un pas rapide sur la falaise pour tenter de se réchauffer. Il avait passé la nuit à surveiller l’horizon, chargé de donner l’alerte si un navire approchait. Le soleil commençait à s’élever dans un ciel limpide ; Son tour de garde allait prendre fin lorsqu’il aperçut une tâche minuscule au loin. Il interrompit sa marche et fixa l’objet, fermant puis ouvrant les yeux afin de tenter d’apprécier si la tâche approchait de l’île.

Quelques secondes plus tard, il se précipita à l’intérieur du Temple afin de donner l’alerte : un navire de bonne taille approchait rapidement des côtes.

Les membres de l’Armée avaient passé la nuit dans le hall principal où avaient été rassemblées armes et armures, ils se tenaient prêts.

A l’annonce de l’imminence d’une probable attaque, Presea Wilder réveilla précipitamment la petite Naelia, endormie à ses côtés. En d’autres circonstances, la nécromante aurait probablement trouvé une formulation plus adaptée à une fillette de 5 ans mais elle ne put que lui demander, sur un ton grave, de lui obéir inconditionnellement.


"Je vais t’indiquer un endroit où te cacher. Je veux que tu y restes et que tu ne fasses pas de bruit. N’en sors sous aucun prétexte, mis à part si c’est moi et moi seule qui viens te le demander. C’est compris ?"

La fillette, visiblement terrifiée par le ton de Presea, acquiesça néanmoins. La jeune femme prit l’enfant dans ses bras et la conduisit à l’extérieur du Temple. Au bord de la falaise, elle lui indiqua la petite ouverture ménagée par une dalle cassée. Naelia, en larmes, s’était agrippée au cou de Presea et réclamait sa mère. La nécromante se fit rassurante et dut promettre qu’elle reviendrait la chercher très vite et qu’elles rejoindraient Hlyna ensemble.

A peine Naelia descendue dans son abri de fortune, les membres de l’Armée du Silence se rassemblaient, en armes, sur la falaise.
Malie rejoignit Presea, lui apportant son bâton sans même lui prêter un regard, les yeux rivés sur le bateau qui approchait.


"Une caraque… Tout porte à croire qu’ils doivent être au moins… 45 ou 50… quand nous ne pouvons leur opposer qu’une poignée de membres."

L’envoûteuse jeta un regard circulaire sur les membres rassemblés lorsque Presea intervint :

"Quoi qu’il se passe, et si je ne puis le faire moi-même, emmenez Naelia."

Malie mit un instant à comprendre qu’il était question de la fillette que la nécromante avait cachée sur la falaise et acquiesça.

Tous regardaient à présent, fixement et en silence, le navire approcher, jeter l’ancre puis aborder.
Un envoûteur, suivit d’une cinquantaine d’hommes armés, rejoignit le sommet de la falaise, clamant son nom et celui de son organisation, demandant sans plus d’explication une rédition.

Malie avança d’un pas et ce faisant, sortit des rangs des membres de l’Armée. Elle adressa quelques mots à l’envoûteur afin de connaître la raison d’un tel ultimatum. Pour seule réponse, un archer décocha une flèche qui vint se ficher dans la cuisse de l’envoûteuse. Cette dernière chancela avant qu’un moine ne vienne lui prêter main forte.

Ce qui se produisit ensuite fut confus. Des projectiles enflammés et des flèches fusaient sur la falaise, tandis que certains, armés de haches ou d’épées engageaient un combat au corps à corps dans un chaos indescriptible.

L’Armée résista vaillamment plusieurs heures durant, puis les moines furent capturés et cela marqua le début de la déroute. Les assaillants parvinrent à scinder nos forces et à contraindre une grande partie des défenseurs du Temple à reculer. La défaite était proche et la plupart des membres de l’Armée avaient été neutralisés.

Malie Orkaan, blessée, Nathanaël Lazare, Dregor Eshelan et Presea Wilder étaient acculés à l‘entrée du Temple, faisant face à deux douzaines de mercenaires. Derrière ces derniers, un élémentaliste s’apprêtait à faire fondre sur eux une pluie de feu. Malie intervint avec habileté en envoyant un projectile qui faucha le magicien, lequel s’effondra sur le sol.
Cependant, dans sa chute, il fit vaciller puis céder la dalle fragilisée sous laquelle se cachait la fillette et chuta dans la cavité. Presea s’élança à travers les rangs des mercenaires afin de porter secours à Naelia. A son approche, ces derniers brandirent leurs armes, prêts à profiter de l’incursion de la nécromante pour la tuer. Dans un réflexe salvateur, Dregor fit jaillir deux murs de glaces autour de Presea, ouvrant une voie sécurisée vers la fillette et vers la falaise. L’élémentaliste saisit Malie par la taille afin de l’aider à courir et, suivit par Nathanaël, rejoignit la nécromante qui était parvenue à faire sortir Naelia de sa cache.

Le rôdeur se retourna pour apercevoir que les rangs des assaillants ne cessaient de se renforcer par l’afflux de mercenaires qui semblaient avoir maîtrisé la résistance des membres retenus à l’intérieur du Temple. Il fallut se rendre à l’évidence, ils n’en viendraient certes pas à bout. Malie indiqua d’un mouvement de la tête le pied de la falaise où était amarrée une barque, minuscule embarcation ballottée par les vagues à côté du vaisseau de l’Alliance Chaotique.

Dregor soutenant Malie et Presea emportant la fillette dans ses bras, ils s’engagèrent dans la descente tandis que Nathanaël couvrait leur fuite.

Ayant gagné l’embarcation, ils s’installèrent à bord, et appelèrent le rôdeur qui les rejoignit au pas de course, au milieu d’une pluie de flèches et de projectiles. Sans perdre un instant, tous quatre se saisirent des deux rames qui avaient été laissées là et au prix d’efforts considérables, parvinrent à échapper aux attaques et à prendre le large.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Alvy
Meisterin


Inscrit le: 10 Nov 2006
Messages: 1316
Localisation: Dans la boîte

MessagePosté le: Mer 22 Nov 2006 12:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le texte qui suit a été rédigé avec le concours de l'ensemble des membres.


Le soleil pointait enfin à l’horizon sur une mer aussi calme que s’ils avaient navigué toute la nuit sur un lac. Même en l’absence de vent, le froid était mordant et les cinq individus de la frêle embarcation grelottaient, recroquevillés les uns contre les autres. Une nécromante, répondant au nom de Presea Wilder, serrait contre elle une fillette qui ne devait pas avoir plus de 5 ans. Une envoûteuse, un élémentaliste et un rôdeur à demi endormis attendaient sans un mot que les premiers rayons du soleil vinssent mettre un terme à leur calvaire. A intervalles réguliers, ils scrutaient les flots, visiblement anxieux. L’envoûteuse rompit le silence en pointant l’horizon du doigt.

"Là. Nous devons approcher des côtes krytiennes. Et il ne semble pas que nous ayons été suivis."

La jeune femme, Malie Orkaan, jeta tout de même un regard derrière elle afin de vérifier ses propos.

Presea se contenta de lever les yeux afin de contempler la terre qui se dessinait, sans initier le moindre mouvement afin de ne pas réveiller la petite Naelia endormie dans ses bras.

Les deux hommes, Dregor Eshelan et Nathanaël Lazare se levèrent afin de se saisir des rames et commencèrent à diriger la barque vers le continent.

Moins d’une heure plus tard, les cinq personnes posaient le pied en Kryte. Ils se firent forts d’éviter les cités, en particulier l’Arche du Lion, et commencèrent leur progression vers l’est.




Affaiblis par le manque de nourriture, de sommeil, par la neige et le blizzard des Cimesfroides, ils atteignirent enfin la Caverne du Croc de Glace après de longues journées de marche. Blessés, fatigués, ils pénétrèrent dans une tente bruyante et bondée qui tenait lieu d’auberge et constituait le lieu de rendez-vous des membres de l’Armée de passage. Comme ils l’avaient supputé, ils y trouvèrent ceux qu’ils cherchaient. Eol Alanor était attablé en compagnie d’un nécromant, de deux ritualistes, de deux moines, et d’un rôdeur. La nuit était tombée depuis plusieurs heures et la petite Naelia s’était endormie dans les bras de Dregor qui demeura à l’entrée de l’auberge. Les trois autres avancèrent au milieu des tables de bois et des clients en prenant soin de s’assurer que les compagnons d’Eol étaient bel et bien des membres de l’Armée. Ils l’étaient, à l’exception d’une jeune moniale. Qu’à cela ne tienne, il leur fallait informer Eol. Malie et Presea, suivies par Nathanaël, se présentèrent à leurs compagnons.

Eol les aperçut le premier puis tous les visages des membres attablés convergèrent vers eux. Dans un même élan, ayant constaté l’état de santé déplorable des nouveaux venus, tous se levèrent afin de leur offrir des sièges. Malie, que sa blessure à la jambe faisait affreusement souffrir, s’effondra sur la première chaise.

Eol s’approcha de Nathanaël afin de tenter de comprendre la raison de leur présence, qui plus est dans cet état. Presea fit signe à Dregor d’approcher. Deyun Deshnel Sihun, le nécromant et Alys Galarian, une des deux ritualistes, avaient d’ores et déjà trouvé des chaises supplémentaires et tous prirent place autour de la table. Le moine Dardalion ne perdit pas de temps et se mit en devoir d’apporter les premiers soins nécessaires à Malie.

Le visage et la voix éteints, Dregor rapporta les évènements qui avaient eu lieu au Temple : l’attaque, la déroute de l’Armée, les prisonniers, la mort de l’élémentaliste qui les avait avertis du danger…
Deyun s’était levé en dépit de la main d’Alys qui tentait de le retenir. Malie, dans un souffle, ajouta que peu de membres étaient présents au Temple. La plupart avaient été envoyés en mission à l’extérieur, y compris les deux sœurs du nécromant. Ce dernier se rassit en entendant cela, cependant il ne pouvait vérifier les paroles de l'envoûteuse et ses cicatrices se mirent à le démanger. Presea nomma les membres qui avaient combattu à leurs côtés, faisant mention de la forte probabilité que plusieurs d’entre eux aient été des traîtres à la solde de leurs assaillants. Evy, la jeune moniale, Hlytan et Oisin, le rôdeur et le nécromant qui avaient accompagné Eol, se contentaient d’écouter en silence le récit qui leur était fait mais le Consul militaire émit des doutes. Comment était-ce possible ? Ces membres avaient été choisis pour leur fiabilité, leur loyauté… S’étaient ils trompés à ce point ?

La consternation s’empara de l’assemblée. Eol prit une minute pour évaluer la situation. Il leur fallait y retourner et leur porter secours.

Le Consul militaire se tourna vers Oisin :

"Contactez Alvy Nocta, Hlyna Elnis et Cerrydwen de Bryn, je vous prie. Donnez rendez-vous à Alvy et son groupe ici même et au plus tôt. Hlyna, Alasdair et les autres nous rejoindront dans le village qui se trouve au nord de l’Arche du Lion. Quant à ceux qui se trouvent en Elona, qu’ils viennent en Kryte également.
Ne leur dites que l’essentiel : que la situation est grave, que le Temple a été pris… et dites à Hlyna que sa fille est saine et sauve."


Le ritualiste inclina la tête et glissa avec une froideur déconcertante :
"C’est toujours un plaisir que d’avoir à faire à vous monseigneur."
Puis il s’isola du groupe.

Eol reprit à l’attention des autres :
"Y retourner seuls serait vain. Nous allons regrouper les forces qu’il nous reste avant d’aller leur porter secours."

D’une voix faible en dépit de ses efforts, Malie lui répondit :
"Je crains que nous n’y parvenions pas à temps. Je crains d’ailleurs qu’il ne soit déjà trop tard…"

Eol considéra l’envoûteuse un instant :
"Peut-être… Mais nous irons nous en assurer. Demain, nous préparerons notre action mais pour l’heure, nous devrions prendre du repos."



Quelques jours plus tard, au nord de l’Arche du Lion, Hlyna arpentait le chemin, nerveuse et angoissée. Alasdair la rejoignit et lui glissa avec douceur tout en pointant du doigt un groupe de personnes au loin :
"Regarde, les voilà…"

La moniale, suivie par Alasdair, Fayan Deshnel Sihun, Tera Feru et Razhiel Zerock avança d’un pas rapide à leur rencontre. Lorsqu’elle aperçut sa fille au milieu du groupe, les larmes lui vinrent aux yeux et la jeune femme se précipita vers Naelia afin de la serrer dans ses bras.
Des regards furent échangés dans le silence. Hlyna se releva enfin, sa fille dans les bras :

"Je suis soulagée de vous voir arriver, ainsi que de constater que vous êtes parvenus à retrouver nos membres en mission à Ascalon."

En effet, Niamh Jeshira, Lilith Feru, Lioki Deshnel Sihun, Alvy Nocta, Rakhim Phenixailes et Dari Tepes étaient parvenus, au terme de leur traversée des Cimesfoides, à rejoindre Eol et son groupe.

La moniale adressa un regard empreint de gratitude à Presea et s’approcha d’elle afin de serrer sa main dans la sienne :

"Merci. Merci d’avoir tenu parole…"

Elle inspira profondément avant de reprendre :
"Les cinq autres membres ne devraient plus tarder. D’après nos informations, leur bateau a accosté à l’Arche il y a plus d’une heure."

Quant à lui, Deyun serrait sa soeur jumelle dans ses bras :
"- J'ai eu si peur.
- C'est gentil, mais c'était une mission comme les autres.
- Peut-être mais quand j'ai entendu que le Temple avait été attaqué, j'ai pensé que tout pouvait arriver. Et tu sais que je ne réfléchis pas beaucoup quand ta sécurité est en jeu."
Fayan eut un petit sourire triste.
"Je sais oui. Mais... un jour il faudra que tu me fasses confiance. Je suis une grande fille maintenant, je peux me débrouiller.
- Oui mais...
- Laisse, ça me fait plaisir que tu t'inquiètes pour moi", dit-elle pour conclure la conversation.


Les yeux de Hlyna se posèrent alors sur un visage inconnu, remarquant enfin la présence d’une jeune moniale. Elle se tourna vers Eol, plus inquiète que contrariée :
"Qui est-ce ?"

Le Consul militaire, jetant de fréquents regards à Alvy comme pour s’assurer que son récit était exact, présenta les circonstances dans lesquelles Evy avait été "recueillie" par les membres sur le chemin d’Ascalon.
"J’imagine que si elle vous accompagne aujourd’hui, c’est que vous avez la certitude qu’elle ne constitue pas un danger."

Sans même attendre sa réponse, la moniale s’entretint avec Eol afin d’en apprendre davantage sur le plan d’action qu’il s’était engagé à élaborer. Leur discussion fut interrompue par l’arrivée des derniers membres en provenance d’Elona. Kary Feru, Cerrydwen de Bryn, Lialle Hyefeki, Laedrel Umshalafii et Ryken les rejoignirent.

La rôdeuse salua rapidement les personnes rassemblées et se dirigea sans attendre vers Hlyna. Son visage tout comme le ton de sa voix trahissaient son désarroi et son angoisse :

"Où est-il, Hlyna ? Comment cela a-t-il pu arriver ?"

La moniale lui adressa un regard abattu et triste :
"Je ne sais pas. Pas encore."

Elle se retourna vers Presea :
"Arnvald était-il au Temple avec vous ?"

La nécromante agita négativement la tête :
"Non, il n’était pas là. Et je ne sais où il se trouve."

Deux larmes roulèrent sur les joues de Cerrydwen, dont le soulagement ne fit qu’accroître la culpabilité.

Hlyna regarda sa fille et Alasdair tour à tour avant de poser maladroitement sa main sur l’épaule de la rôdeuse :

"Nous allons le trouver."

S’adressant à tous :
"Ne perdons pas de temps, un bateau nous attend."



Lorsque, au terme de leur traversée, ils posèrent le pied sur la rive du Temple, tous comprirent qu’ils arrivaient trop tard. Non seulement le Temple avait été incendié mais tout portait à croire qu’ils ne trouveraient nul survivant de la lutte qui avait opposé les membres de l’Armée à l’Alliance Chaotique.

Cependant, et à l’exception de Naelia qui fut confiée au capitaine du navire, tous arpentèrent les bâtiments à la recherche d’une trace de vie, en vain. Ils ne trouvèrent, dans les décombres, que les cadavres de ceux qui avaient été leurs frères d’armes. Razhiel fut le premier à se diriger vers ce qui fut autrefois ses quartiers. Retenant son souffle, il brisa ce qui restait de la porte en bois et se mit à fouiller frénétiquement à l’endroit où jadis, il avait résidé. Après plusieurs tentatives, il finit par décrocher une pierre branlante de la paroi et y découvrit ce qu’il était venu chercher : un rouleau de parchemin et un masque à lames… Pas de traces du corps néanmoins. Heureusement.

Les corps des membres qui avaient péri furent respectueusement rassemblés sur la falaise et une sépulture décente leur y fut offerte. Au terme d’un recueillement de plusieurs minutes, Hlyna rompit le silence :

"Retournez dans vos appartements et regroupez ce qu’il reste de vos effets personnels. Je vais faire de même et je compte sur deux ou trois d’entre vous pour m’aider à transporter les coffres du bureau d’Angmar."

La moniale fouilla dans sa giberne jusqu’à trouver ce qu’elle cherchait, elle en extrait une carte qu’elle serra dans sa main sans même la dérouler.
"Nous ne pouvons demeurer ici. Le Temple… enfin, ce qu’il en reste ne nous offre plus une sécurité suffisante, quand bien même nous le rebâtirions. Je crois avoir trouvé un refuge. J’avais, il y a quelque mois, demandé à nos cartographes d’identifier quelques lieux où trouver asile au besoin. Je n’avais cependant pas imaginé qu’un évènement pareil surviendrait…. Souhaitons que nous y trouvions un abri sûr… au moins le temps nécessaire pour décider des routes à suivre désormais."

Commençant elle-même à se diriger vers ses appartements, elle leur adressa :
"Retrouvons nous ici dans trente minutes."



Une fois à bord, Hlyna indiqua au capitaine de se rendre sur l’île de Shing Jea afin de récupérer trois membres envoyés en mission longue auprès de Maître Togo des mois auparavant.

Le voyage fut morne, chacun méditant de sombres pensées et faisant le deuil de ses compagnons retrouvés morts, ou disparus. Le moine Dardalion affichait une sérénité impressionnante face aux derniers évènements, qui rassurait certains et en énervait d’autres. Les paroles sages et réfléchies qu’il dispensait à tous étaient d’un grand conseil, et ses soins étaient aussi appréciés. Niamh quant à elle, n’était pas plus réservée qu’à son habitude. La disparition d’Arnvald semblait l’avoir plus affectée que la perte du Temple et de nombreux compagnons, aussi les inimitiés passées ne faisaient qu’empirer, alors qu’elle essayait au contraire de nouer des liens avec certains des « survivants ».

Deux jours furent nécessaires à atteindre enfin les côtes canthiennes et un jour s’écoula encore avant que le port de Seitung ne fût en vue. L’ancre jetée, Hlyna invita Alvy, Alasdair, Lioki, Téra, Rakhim et Eol à l’accompagner à terre afin de rejoindre la Cour de Linnok.

Le petit groupe gagna rapidement le Monastère de Shing Jea et sollicitèrent une audience auprès de Maître Togo. On les invita à prendre patience, ce dernier étant plus qu’occupé. Afin de tromper l’angoisse et l’impatience, Lioki et Hlyna proposèrent de rejoindre une auberge afin de s’y restaurer.


La salle principale était déjà bien remplie et l’ambiance générale de l’endroit, bruyante et animée, soulignait que les affaires marchaient fort bien ici. Le groupe eu bien du mal à trouver une table de libre mais finit par s’installer au fond de la pièce à coté du bar. Ils interpellèrent une des serveuses qui était déjà bien débordée à satisfaire toutes les commandes qu’elle recevait du bar et des autres tables. Au moment où celle-ci s’approcha de leur tablée pour prendre commande, un grand gaillard en armure de dragon pourpre et or - de toute évidence un garde de l’île - se leva verre en main à son passage pour lui faire face, renversant maladroitement tout le contenu dans le mouvement sous les yeux de ses collègues.


"Regarde ce que tu viens de faire !", lui hurla-t-il, le visage rougit par la colère et les effluves d’alcool.
La jeune femme sursauta devant la violence du type et se confondit en excuses lui priant de se calmer et de regagner sa table. Content de son effet sur la dame, celui-ci renchérit de plus belle :


"Ne m’dis pas ce que j’dois faire ! Ne vois-tu pas cette épée et cet écusson ? Ils signifient que moi, le capitaine Zinghu et mes amis ici présents somme de la garde officielle de Shing Jea et que nous assurons votre protection sur ces terres ! Sans notre aimable assistance vous autres paysans seraient tyrannisés par tous les bandits et monstres qui rodent dans l’coin ! Vous nous devez le respect et devriez même nous servir gratuitement tous les jours ! Ouais tiens, à partir d’aujourd’hui toi et ton patron devrez verser une taxe supplémentaire pour le logis et la restauration de mes troupes sans quoi je vous fait tous fermer boutique et vous envoie en cour martiale pour obstruction militaire et refus d’obtempérer !"

A cette dernière remarque il se retourna l’air entendu et satisfait vers ses amis tout aussi soûls que lui qui le regardaient hilares. Une grande tension avait émergé dans la salle et la plupart des clients préféraient piquer du nez dans leur assiette ou détourner le regard. Hlyna, Rakhim, Eol et les autres commençaient à bouillir intérieurement mais avant même qu’ils aient pu laisser exprimer leur colère face à cette injustice, une voix se fit entendre au dessus des autres à l’autre bout de la salle :

"- Il est paradoxal de voir à quel point vous et vos bandits semblez partager autant de point commun lorsqu’il s’agit de ‘tyranniser’ votre prochain, ne trouvez vous pas ?
- Qui a dit ça !?"

A ces mots le garde se retourna et chercha de ses yeux vitreux plissés par la colère qui était l’inconscient qui avait osé lui répondre.
Le regard de toute la salle était posé sur l’homme qui venait d’arriver, sa physionomie contrastant avec les autres occupants. En effet celui-ci était un homme brun plutôt jeune bien qu’il marchait en s’aidant d’un bâton et possédait une mèche blanche dans ses cheveux d’un noir de jais. Son teint était aussi très pâle, voire même livide ; impression d’autant plus renforcée que sa tenue finement ciselée était faite de lin d’un blanc très pur et diverses pierreries d’argent et d’opale. Mais ce qui frappait le plus dans tout ça, c’était ses yeux. Leur iris était complètement dilaté et la pupille normalement noire était couverte d’un voile nacré. Cela lui donnait un regard vide et pourtant si pénétrant, comme s’il allait droit vers l’âme de son interlocuteur ; un regard qui aurait dérouté n’importe qui. Et celui-ci était maintenant posé sur le garde Zinghu.


"Toi… tu oses défier un officier militaire en plein service ?!", tempêta le garde vers l’étrange homme.

"Je ne suis venu ici, comme la plupart des autres gens présents, que pour me restaurer et prendre un peu de repos. Cependant votre attitude envers cette femme est purement injustifiée et trouble la paisible paix habituelle de ces lieux. En tant qu’agent du maintient de l’ordre cela ne peux être toléré. De plus, le chantage arbitraire que vous exercez est un pur abus du pouvoir qu’offre votre statut et mérite d’être sanctionné par le conseil disciplinaire de maître Togo."
Après un tel discours, la foule présente acquiesça et soutint l’avis de l’homme.
"- Oui ! C’est vrai ça ! Ce comportement est inadmissible !
- Cette femme ne faisait que son travail avant que vous ne débarquiez !
- Dehors les fouteurs de troubles !
- Maître Togo n’approuverait certainement pas que des saletés de gardes véreux comme vous exercent à Shing Jea !
- Qu’on apporte les fourches, les lances….et ma bière !"
Blessé dans son orgueil après un tel affront Zinghu regarda ses hommes maintenant muets comme des tombes puis jeta un regard noir à l’homme.

"Ca suffit !!", hurla-t-il en brisant son verre sur le comptoir du bar et ce faisant réduisant au silence la ferveur de toute l’assemblée. Il pointa un doigt rageur vers l’impertinent.

"Tu viens de bafouer mon honneur devant ces gens et devant mes hommes ! Je refuse de laisser passer ça, tu vas devoir le payer ici et maintenant !!"

Ce faisant le capitaine porta sa main vers le fourreau de son sabre, mais l’homme ayant déjà anticipé une telle réaction avait déjà pris les dispositions nécessaires. Avec une vivacité surprenante il exécuta un signe de sa main droite et prononça une incantation étrange dont nulle personne présente ne compris les mots. A cet instant un courant glacial emplit pièce de part en part. Zinghu surpris au premier abord se ressaisit et agrippa le pommeau de son épée avec l’intention ferme d’occire ce sorcier avant qu’il n’ait le temps de jeter un autre maléfice, quand soudain, il sentit une vive sensation dans son poignet et retira sa main de son arme.

"C’est froid !!", gémit-il, et pour cause, son sabre avait gelé dans son fourreau et il était maintenant très ardu de l’en faire sortir.

"Malédiction ! Tu vas me payer ça sorcier !", lança-t-il avec fureur au mage. Celui-ci eu un petit sourire discret et s’avança vers le garde sereinement.

"Je ne souhaite pas faire couler le sang il y a eu déjà beaucoup trop de violence et d’agitation pour aujourd’hui."

Le capitaine littéralement sur le point d’exploser de rage ne voulu pas s’avouer vaincu et jeta son poing de toute ses forces vers la mâchoire de l’homme et…se brisa le poing.

"Yaaaaaaarghh !! Mais qu’est-ce que… !" La larme à l’œil de douleur il se fit soutenir par l’un de ses hommes, puis relevant la tête vers l’élémentaliste il mit plusieurs secondes à réaliser ce qu’il avait devant ses yeux. L’homme était recouvert d’une fine aura de magie qui lui donnait l’aspect aussi dur et résistant que le diamant. L’un des hommes de Zinghu en voyant cela s’écria :

"Enfer ! C’est Remus le mage d’argent ! Nous n’avons aucune chance contre lui, on dit qu’il a un pouvoir qui surpasse ceux du professeur Vhang voire même de Togo lui-même ! Décampons d’ici !"

Sur ces mots, les autres gardes le suivirent ni une ni deux, emportant avec eux un Zinghu brisé qui continuait à se lamenter.

"On s’reverra !", lança-t-il dans un dernier hurlement à l’entrée de l’auberge.

Une fois le calme revenu dans la salle, ‘le mage d’argent’ s’avança lentement vers la serveuse, sous le regard des autres personnes encore médusées de ses exploits précédents. Il lui tendit la main et lui demanda d’un ton doux :
"Comment allez vous ? Cette brute vous a-t-elle fait mal ?"
La serveuse stupéfaite resta là, le regardant en silence comme hypnotisée, puis fit non de la tête.

"Bien. Dans ce cas tout va pour le mieux."
Puis il vint s’asseoir à une tablée, l’air visiblement las et commanda dans un sourire qu’on lui apporte de la boisson.

"T-tout de suite messire !!", répondit la serveuse dans un grand sourire avant de se jeter au travail derrière le bar. Les autres clients soulagés et satisfaits se remirent à une occupation plus importante : boire et s’amuser.

Les anciens membres de l'Armée avaient assisté à toute la scène.

"Est-ce bien Remus Rampcendre ?", murmura Rakhim à l’adresse des autres.

"Il semble bien que oui.", lui répondit Hlyna qui reprit à l’attention de ceux qui, parmi les membres réunis à cette table, ne connaissaient pas l’élémentaliste en question.
"Remus était un membre de l’Armée… Il y a de cela deux saisons, lui et un envoûteur ont quitté le Temple sans que nous sachions pourquoi. Je serais d’ailleurs curieuse d’entre ses explications…"

"Il n’y a qu’un moyen de le savoir.", lâcha Eol à l’attention de ses amis et se dirigea en direction de la table de Remus.

"Remus ?", lança Eol à Remus puis en silence vint s’asseoir en face de lui.

"Cette voix…elle m’est familière…est-ce vous Eol ?", demanda Remus.

Tous suivirent des yeux le rôdeur qui s’adressa à l’élémentaliste. Leur table était trop éloignée de la leur pour qu’ils pussent entendre la teneur de leur échange. Cependant, ce dernier ne tarda guère à se lever et à suivre Eol qui rejoignait ses compagnons.

Tous se levèrent à leur approche et saluèrent le mage. Hlyna adressa un sourire à Remus et l’invita à prendre place à leur table après qu’elle avait pris soin de le présenter à Alasdair, Lioki et Téra.
Durant ce déjeuner, Hlyna et Eol l’interrogèrent sur sa disparition du Temple et, une fois leurs doutes dissipés, contèrent le drame récent qui avait frappé l’Armée. Ils abordèrent à demis mots une île où ils comptaient trouver refuge afin de décider de leur avenir. A mesure qu’ils échangeaient, l’idée émergea d’accueillir Remus. Ce dernier ne semblait avoir ni refuge ni projet et accepta d’accompagner ses anciens compagnons.

Les sept individus quittèrent l’auberge dès leur repas terminé. Hlyna demanda à Tera et à Rakhim de bien vouloir accompagner l’élémentaliste jusqu’au port, ce qu’ils firent de bonnes grâces.

Alvy, Hlyna, Lioki, Eol et Alasdair reprirent quant à eux le chemin de la cour de Linnok où ils furent cette fois reçus. Ils y apprirent que les trois "élèves", comme elles furent qualifiées, poursuivaient leur entraînement dans les collines à l’est du Monastère.
Ils gagnèrent lesdites collines après avoir pris congé de Maître Togo et trouvèrent sans difficultés Lorie, Keiko et la jeune ritualiste ; ces dernières s’apprêtant à regagner le Monastère.
Lioki se fendit d'un sourire radieux en revoyant enfin Keiko.

"Bon retour parmi nous, même si j'aurais préféré qu'on se revoit pour d'autres raisons. Tu m'as manqué."

Isolées depuis de longs mois parmi les canthiens et loin du Temple, elles accueillirent leurs visiteurs avec surprise et contentement. Cependant, cette joie s’estompa rapidement lorsqu’elles furent informées de l’attaque du temple et de la défaite de ses membres. Hlyna leur proposa de leur livrer les détails une fois à bord du bateau qui les conduirait en lieu sûr et tous reprirent le chemin du port de Seitung.



Trois jours de navigation plus tard, le capitaine du navire fit demander Hlyna qui gagna le pont. L’île était en vue, la femme la pointait du doigt.
La moniale scruta l’horizon dans la direction indiquée et y découvrit, à mesure que le bateau s’en approchait, une île à la végétation dense sur laquelle avait été bâtie un petit village de tradition canthienne. Hlyna s’adressa à la femme qui tenait la barre :

"Que savez vous de cette île ? Et de ses habitants ?"

Le capitaine sembla réfléchir un bref instant :
"Partis, je dirais. Et cela doit remonter à de nombreuses années. C’était un comptoir commercial avant. Mais les guerres en Cantha ont limité les échanges avec l’autre continent et ils sont partis."

Hlyna réfléchit à son tour. Le soleil qui déclinait baignait l’île et les flots d’une chaude lumière et la moniale, perdue dans la contemplation du spectacle qui s’offrait à elle, parvint presque à sourire.
Elle appela ses compagnons d’exil à la rejoindre sur le pont avec leurs affaires. Naelia accourut vers elle et Hlyna la prit dans ses bras afin de lui permettre d’apercevoir l’île, elle aussi. Elle s’adressa à tous d’une voix moins affirmée qu’à l’accoutumée :

"Nous y voilà. Je crois que nous sommes tous très éprouvés… Inspectons les lieux et reposons nous si vous le voulez bien. Nous nous réunirons demain afin de décider de ce qu’il convient de faire de… enfin de notre avenir."

Lorie Forest éprouvait les plus grandes difficultés à surmonter le choc de l’anéantissement de l’Armée et la bonne humeur, qui la caractérisait d'ordinaire, l'avait quittée ; elle n'avait pas été là pour défendre son cher Temple. Keiko Wild, à ses côtés, depuis peu, semblait, quant à elle, rassurée de revoir Lioki ainsi que les autres membres de sa guilde avec qui elle aimait tant échanger jadis des histoires et des rires au Temple. Elle avait été épuisée par tout cela. Jessica Sheresa, quant à elle, les avait aidées lors d'une récente altercation et s'était jointe au duo, cela faisait longtemps que les jeunes femmes ne s'étaient pas revues toutes les trois.
Lorie savait déjà comment elle aiderait, en explorant l'île avec les autres rôdeurs. Keiko se livrerait sans doute à des activités plus calmes mais non moins utiles et la jeune élémentaliste sécuriserait les lieux en aidant les autres membres. Les aventurières eurent toutes le même regard vers l'enfant...un regard empli d'une infinie tristesse, et se préparèrent à accoster...

La première chose que fit Razhiel en débarquant fut de s’isoler de ses compagnons. Il s’installa sur une falaise, débarrassé de son armure pesante et les genoux plantés dans l’herbe fraîche. Un soleil nouveau brillait sur son visage tandis qu’il ouvrait le coffret qu’il avait ramené du temple et en vidait le contenu dans les flots en psalmodiant quelques mots obscurs. Comtemplant une dernière fois ce qui avait été le masque de son frère disparu, il le noua à un arbre dont les branches semblaient tendre vers l’horizon et s’inclina. Un trait était tiré. Il pût enfin rejoindre les autres et participer à l’édification de ce qui serait leur nouveau refuge.


Dernière édition par Alvy le Mer 13 Déc 2006 12:34 pm; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Alvy
Meisterin


Inscrit le: 10 Nov 2006
Messages: 1316
Localisation: Dans la boîte

MessagePosté le: Mer 22 Nov 2006 12:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Perdue au milieu de l’océan, loin de toute autre terre bien que située au carrefour des voies maritimes permettant de rallier la Tyrie, Elona ou Cantha, telle était l’île sur laquelle avaient choisi de se réfugier la trentaine de survivants de l’anéantissement de l’Armée du Silence : une petite terre émergée des flots inhospitaliers, bordée par des falaises qui s’ouvraient au sud-ouest pour offrir à l’île deux petites plages redevenues sauvages. L’îlot avait en effet déjà été peuplé, sans doute par des canthiens exilés à en juger par l’architecture caractéristique du bâtiment massif au nord-ouest comme des petites maisons qui trônaient sur les collines à l’opposé.

Tandis qu’il posait le pied sur cette terre, le groupe la considérait comme un abri, certains d’entre eux, peut-être tous, comme un lieu suffisamment sûr pour reconstituer leurs forces et préparer leur revanche sur ceux qui avaient annihilé leur guilde, assassiné une partie de ses membres et incendié son Temple. Elle s’avèrerait être bien plus que cela…

Le lendemain de leur arrivée, Hlyna Elnis réunit les membres sous l’immense porche du bâtiment principal. Les jours précédents tout comme cette première nuit sur cette terre encore étrangère avaient été éprouvants pour tous mais avaient également visiblement resserré les liens qui les unissaient comme seules savent le faire les épreuves. Certains visages étaient hagards, d’autres reflétaient la colère…

Voici plusieurs saisons, depuis la trahison de celui qui avait été leur chef et à qui ils avaient offert leur confiance, que tous sentaient leur sort leur échapper. A ce moment particulier, sans but et ayant vu leurs idéaux bafoués, ils auraient pu choisir de prendre d’autres directions, de quitter le Temple… mais, pour la plupart, ils étaient restés, faisant le choix de découvrir où leurs pas les mèneraient, ensemble.

Hlyna détailla les visages de ceux qui, lentement, rejoignaient le hall et songeait que c’était là un groupe bien disparate. Elle regarda Alasdair, lequel tenait Naelia à peine éveillée dans ses bras tout en conversant avec Presea, un sourire sur les lèvres en dépit de la fatigue qui se lisait sur son visage. Puis arriva Tera, cette jeune rôdeuse discrète avec laquelle elle avait sans doute été trop dure, il n’y a pas si longtemps. D’autres vinrent prendre place, et parmi eux Razhiel, Lorie, Remus puis Laedrel. Au loin se dessinaient les silhouettes d’Oisin et de Dari, Hlyna sourit à l’approche du ritualiste. Elle observa ces gens proches, ou qui l’étaient devenus, Lioki et sa soeur, bientôt rejointes par Alys et Deyun, ou encore Niamh et Messire Dardalion. Alvy et Eol arrivèrent, et enfin Rakhim accompagné par le jeune Ryken.

L'ancien Consul Militaire rejoignit Hlyna et tous deux échangèrent quelques paroles, sans doute à mi-chemin entre gravité et réconfort. Eol prit un siège à ses côtés tandis que la moniale s’était avancée de quelques pas afin d’attirer l’attention de tous.


"Bonjour à tous."

Elle hésita.

"J’allais vous dire que j’espérais que la nuit vous avait apporté le repos que vous méritez, mais je crois que c’est bien inutile, vos traits tout comme les miens témoignent du contraire…"

Hlyna n’avait jamais été portée sur les discours et cet exercice l’avait toujours mise mal à l’aise. Celui-ci ne fit pas exception. Pis encore, il semblait l’éprouver plus que tout autre.

"Si je vous ai demandé de me rejoindre, c’est parce que nous devons prendre certaines décisions. Et si c’est à ma demande, c’est que, comme j’en ai fait la promesse et parce j’y tiens, je vous *elle hésita mais ne trouva pas meilleure formulation* guiderai jusqu’au bout de notre chemin commun. Et nous y sommes peut-être… je crois…"

S’en suivit un court exposé des questions qu’il leur fallait trancher : Tenaient-ils ou non à venger la mort de leurs compagnons, serait-ce au péril de leur vie ? Certains aspiraient-ils à quitter les lieux et le groupe ?
Elle leur confia son propre avis : Elle aspirait à venger ceux qui étaient tombés et comptait s’établir sur l’île, au moins jusqu’à ce qu’elle ait identifié la route qu’il lui fallait suivre désormais.

Ils débattirent, échangèrent, et lorsque l’heure du déjeuner approcha, leur décision était prise :
L’affront qui leur avait été fait devait être vengé ; cette décision avait fait l’unanimité, même lorsqu’il s’était agi des membres les plus tempérés.
Tous décidèrent également de rester ensemble. Pour beaucoup, ils n’avaient nul autre foyer que celui que leur offrait ce groupe ; et puis, le temps passé ensemble avait soudé des liens durables, réuni des proches que la vie avait éloignés, et offert une famille à ceux qui n’en avaient plus.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Fanch
Conseiller de la Lame


Inscrit le: 11 Nov 2006
Messages: 593

MessagePosté le: Lun 27 Nov 2006 1:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le soleil avait plongé ses rayons dans les flots rougissant et la lune était petit à petit venue observer les membres survivants de l’Armée déchue en leur refuge. Ils s’étaient à nouveau rassemblés autour d’un grand feu, où grillaient poissons et oiseaux, devant le bâtiment principal.
Eol avait les yeux rivés sur les flammes et tenait dans ses mains un petit carnet de cuir sur lequel il venait d’inscrire quelques notes. Il n’écoutait pas les discussions de ses voisins et songeait à leur nouveau refuge. Ils avaient passé l’après-midi à parcourir l’île, les uns inspectant les bâtiments en place, les autres chassant de quoi se nourrir le soir venu. Ils avaient réussit à se répartir équitablement les habitations pour que chacun ait un toit pour la nuit à venir. Si ces maisons, abandonnées par leurs anciens habitants, étaient encore debout il y avait tout de même de sérieux travaux pour remettre en état certaines. Au début de soirée ils avaient donc décidé de s’y atteler dès le lendemain.

Le rôdeur fut tiré de ses pensées par Hlyna qui s’était lévée à côté de lui pour saluer l’assemblée et aller coucher sa fille. Il la salua à son tour et sourit à Naelia avant qu’elles ne partent. Il regarda alors autour de lui… Ses compagnons de route, ses frères d’armes ainsi rassemblés. Peu importe ce que l’avenir pouvait maintenant leur réserver, ils formaient un groupe, un clan, une famille… Il vit ceux qui avaient toujours été là, ceux qui s’étaient retrouvés, les amis qui se confiaient, les couples qui s’étaient formés… Il croisa le regard de Rakhim qui cherchait Baal, ce dernier étant couché dans un coin aux côtés d’Evaëlle.
Eol se retourna et vit qu’Alvy s’était assoupit à ses côtés, il leva la tête vers les étoiles et leur sourit.
D’un coin de l’œil il vit qu’Alasdair était debout face au grand bâtiment délabré devant lequel ils s’étaient réunis. Il semblait pensif. Le rôdeur se leva doucement pour venir le rejoindre.


« Tout va bien Alasdair ?

_ Mmm ? Oh c’est vous Eol… Je regardais ce grand bâtiment. Ce fut une auberge auparavant. »

Eol leva les yeux vers l’immense bâtisse de style canthien. Une antique enseigne sur la façade et les tables dispersées devant un comptoir vermoulu que l’on apercevait au travers des vitres brisées, semblaient confirmer les dires de l’élémentaliste.
Le rôdeur sourit.

« Pensez vous qu’il serait possible de la remettre en état ?
_Oui sûrement… Pourquoi cette question ?
_Je pense que ce serait une bonne chose de le faire, cela serait un parfait point de départ pour rendre vie à cette île, et à notre communauté. Après tout, n’avez-vous pas été tavernier ? Vous pourriez renouer avec vos relations… Ce bâtiment serait un lieu de réunion convivial pour nous, profitons en!
_Vous avez peut-être raison… J’en parlerais à Hlyna et dès que les autres habitations seront sur pied, nous pourrons nous y mettre ! »

Eol revint près du feu. Il ne restait que quelques personnes, comme Dari conversant avec son maître ou Niahm assise avec Dregor et Malie. Deyun et Alys venaient de se lever et s’éloignaient en direction des maisons. Alvy était également allée se coucher. Le rôdeur remit un peu de bois dans le feu pour ceux qui resteraient veiller et les salua à son tour. Il prit le chemin de la maison qu’il avait choisit en songeant au travail qui les attendait dès le lendemain…
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Niamh
Membre & Coordinateur


Inscrit le: 11 Nov 2006
Messages: 441

MessagePosté le: Sam 27 Jan 2007 5:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un après midi, la pluie tombait dru sur la petite île des réfugiés. La plupart était chez eux, dans leurs maisons plus ou moins remises en état, attendant face à un feu de bois que le temps s'améliore. L'ambiance était plutôt morose. Alors que le grondement d'un orage commençait à se faire entendre au loin, sur l'océan, quelque chose les tira hors de leur langueur. Le tintement rapide et désordonné de la cloche qu'on avait installée peu auparavant au milieu de l'île, signalant que tout le monde devait se rendre immédiatement au bâtiment principal.

Quelques instants plus tard, tous étaient sortis et traversaient l'île sous la pluie battante. Sous le hall, éclairées par les lanternes qui donnaient au lieu cette étrange atmosphère rouge, plusieurs personnes attendaient déjà. Parmi elles était la nécromante Niamh Jeshira. Ce fut elle qui prit la parole, expliquant aux arrivants la raison de cet appel soudain.


"Vous savez peut-être que l’un d’entre nous, Oisin, est parti il y a peu dans les plaines d’Ascalon pour tenter d’en savoir plus au sujet de nos ennemis, l’Alliance Chaotique." A l’évocation de cette dernière, une certaine tension se fit sentir parmi l’auditoire. "Il a pu communiquer avec les esprits des basses terres de Diessa, qui lui ont semble t-il fourni de précieuses informations. Mais, nous ne savons pourquoi, le lien mental qu’il maintenait avec Dari Tepes…" L’homme aux yeux livides se tenait juste à côté "...a été brutalement brisé. Il a cependant eu le temps de nous dire l’essentiel. Nous devons nous rendre sans tarder au nord des basses terres, dans le Corridor du Temple de la Flamme. L’Alliance Chaotique aurait en effet un lien avec les Charrs qui s’y sont installés. Ils nous faut aussi retrouver Oisin. Cette mission sera sans doute très périlleuse car d'après Oisin, les Charrs du Temple de la Flamme sont des "seigneurs", bien plus forts et excellents combattants. Nous avons besoin de six personnes, parmi les meilleurs. Nous ne pouvons en effet nous permettre de laisser l’île sans défenses en partant plus nombreux. Avec cette mission, le temps de notre vengeance avance à grands pas, mais ce n’est pas une raison pour nous laisser aller à une haine irréfléchie."

Elle regarda gravement ses interlocuteurs, attendant que ceux qui se sentaient prêts se désignent. La responsabilité était grande, la difficulté encore plus.


---------------------------------------------------------------------------------

Rapidement, quatre d'entre eux s'avancèrent. Il y avait Razhiel, le guerrier à l'armure massive qu'il ne quittait jamais. Tera Feru, qui avait participé à d'importantes quêtes par le passé, et dont les talents de rôdeuse s'avèreraient utiles dans les plaines d'Ascalon. Remus Rampcendre ensuite, l'élémentaliste aveugle, et Keiko Wild, la plus jeune mais sans doute la plus importante pour ses talents de moniale. Niamh jaugea le groupe ainsi formé, et estima qu'il rassemblait assez de talents différents, et une efficacité suffisante pour cette mission. La volonté de Dari Tepes de se joindre à eux n'y changea rien. La nécromante comprise, ils étaient donc cinq.

Quelques heures plus tard, profitant d'une fragile accalmie, les équipiers levèrent donc les amarres et prirent la direction de la Kryte, côte la plus proche des terres d'Ascalon. Malgré une forte houle qui mit les aptitudes de marins de l'équipage à rude épreuve, la traversée se fit sans grande encombre. Ils marchèrent longuement à travers la Kryte, puis par les cols et les vallées de la chaîne des Cimefroides, chemin que certains connaissaient déjà bien. Ce fut dans les plaines désolées du royaume d'Ascalon que les choses sérieuses commencèrent.

Suivant les vagues informations qu'avait données Oisin, guidés par Tera Feru qui connaissait la région comme sa poche, les aventuriers parcoururent les Basses-Terres de Diessa, déchaînant leur rage au combat contre les Charrs qu'ils rencontraient. Cependant, ils ne trouvèrent aucun indice sur la disparition du ritualiste, et l'inquiétude ne faisait que grandir. Afin d'éviter que leur présence dans les environs ne se sache trop rapidement, ils évitèrent cependant les derniers bastions où quelques hommes téméraires subsistaient, tels que le tribunal de Grendich. Soutirer des informations aux Charrs à propos de l'Alliance Chaotique était leur premier objectif.

Après avoir traversé d'immondes marais infestés de monstre, Razhiel, Remus, Niamh, Keiko et Tera arrivèrent enfin en vue du lieu nommé le Corridor du Temple de la Flamme. Sur les ruines de ces ancien bâtiments luxurieux du Royaume d'Adelbern, les horribles Charrs avaient trouvé un lieu de choix pour établir une place forte. Éliminant sans difficulté les groupes de gardes jusqu'à l'entrée du Corridor, ils se heurtèrent ensuite à des ennemis plus féroces : les Seigneurs Charrs, chefs incontestés de ces monstres velus. Un Charr modeste dépassait déjà allégrement les deux mètres de haut, mais ceux-ci était de vraies montagnes de muscles de plus de trois mètres, soit deux fois la taille de la moniale. Ceci dit, nos aventuriers en avaient vu d'autres, et ils se jetèrent avec férocité sur leurs adversaires, convergeant leurs forces meurtrières vers ces Seigneurs plus coriaces.

Leur engagement dans le combat, parfois à la limite du contrôlable, leur valut quelques profondes blessures. Razhiel et Niamh qui se battaient au corps à corps, ainsi que Remus qui était la cible préféré des Charrs, ne gardèrent souvent la vie sauve que grâce à la vigilance de Keiko et de Tera. Alors qu’ils progressaient dans le camp des Charrs, ne laissant s’échapper aucun monstre qui eût pu alerter les autres, ils tentèrent d’interroger quelques uns d’entre eux. Mais rare étaient ceux qui parlaient la langue des hommes, et même s’ils le pouvaient, ils ne semblaient pas prêts à coopérer ; plusieurs « interrogatoires » se terminèrent ainsi en sanglante boucherie. Ce fut Remus qui eut l’idée d’éteindre les grands bûchers montés à plusieurs endroits du Corridor. En effet, ces feux que les Charrs allument sur toutes leurs terres conquises leurs sont quasiment vitaux, et semblent avoir un fort pouvoir ésotérique. D’une bourrasque glacée, il souffla donc un des fanaux, provoquant l’assaut de plusieurs bêtes. Sans perdre de temps, ils progressèrent jusqu’à un monticule où Tera avait repéré leur chef, un Seigneur élémentaliste gardé par une bonne quinzaine de sbires.

Parvenant à les attirer audacieusement au bas du promontoire, nos cinq héros se préparèrent à un formidable combat. Razhiel et Niamh chargèrent, Remus incantant déjà ses puissants sortilèges, et Tera décochant trait sur trait sur les ennemis en furie. Keiko, consciente de son importance, attendait avec anxiété les premières blessures de ses compagnons. Le choc fut violent mais dès les premiers coups donnés, trois Seigneurs étaient déjà au sol. Taillant dans le vif et absorbant l’énergie vitale des monstres, le guerrier et la nécromante avançaient à vive allure vers le chef. Mais alors qu’ils arrivaient en vue de celui-ci, il déchaîna sur eux sa magie brûlante. La douleur fut presque insoutenable, surtout pour Niamh qui n’était pas si bien protégée que le bretteur. La peau à vif et toute cloquée, elle ne put se défendre contre les Charrs qui fondaient sur elle. Seule la vigilance de Razhiel lui évita de se faire couper en rondelles, le temps que les soins de Keiko ne la sauvent in extremis. Profitant de ce retournement de situation, des monstres poilus débordèrent les deux combattants, fonçant sur la rôdeuse et les deux lanceurs de sorts. Une flèche vint se loger dans l’œil du premier, et les deux suivants furent presque cloués au sol par les violentes rafales et les éclairs de Remus Rampcendre. Cela ne suffit cependant pas, et trois colosses piétinèrent le cadavre de leur congénère pour asséner de puissants coups de hache à Tera. Son familier Kaly se jeta sur le dos des géants, griffant et mordant pour protéger la rôdeuse, mais c’était une trop faible défense. Sa dextérité ne suffit pas à les esquiver toutes ces attaques, et la pauvre se retrouva bien vite touchée en plusieurs points vitaux. Les coups de taille des Charrs laissaient apparaître des blessures sanguinolentes sous son armure de cuir.

Les aventuriers durent reculer, le temps que Keiko guérisse ses alliés mal en point. Dans leur retraite, ils éliminèrent les trois Charrs qui avaient mis Tera au sol. Il restait à présent surtout des lanceurs de sorts parmi leurs rangs, ce qui rendait le combat plus équilibré. Au prix de moult blessures, physiques comme magiques, ils vinrent à bout de tous les lieutenant du chef, et affaiblirent celui ci jusqu’à lui faire mordre la poussière. Ils le maintinrent cependant en vie pour lui poser quelques questions. A force de menaces, il leur révéla ce qu’il savait de l’Alliance Chaotique.

Ses membres, de riches ascaloniens, étaient en fait de véritable traîtres : ils avaient donné leur aide aux envahisseurs venus du nord, apparemment contre de grosses sommes d’or et des terres pour conquérir des contrées éloignées. Mais ces faibles motifs étaient ils suffisant pour livrer leur patrie aux mains de ces monstres ? Quoi qu’il en soit, ils n’en surent pas plus à ce sujet, et s’intéressèrent surtout à l’endroit où l’Alliance se terrait : ces fourbes avaient fait leur base principale sur les ruines de leur immonde forfait, sur des terres au sud de la région ascalonienne, au pied des Cimefroides.

Ils apprirent aussi que c’étaient ses sbires qui avaient capturé le ritualiste Oisin. Il était maintenu prisonnier au nord d’ici, dans le gosier du dragon. Malgré les craintes des aventuriers quant aux hydres qui peuplaient cet endroit, le Charr avait dit vrai et Oisin, bien que très affaibli, était sauf. Keiko prit tout de suite soin de lui, pendant que Niamh se réservait le plaisir d’achever le chef d’un large coup de sa hache de Wing.

Oisin, Keiko, Razhiel, Remus, Tera et Niamh quittèrent ces régions trop malfamées pour gagner la Descente du Yak. Le ritualiste entra en contact avec Dari, resté à l’île, et demanda en urgence à ce qu'ils se préparent pour assaillir le repaire de l’Alliance chaotique.

Ils allaient enfin payer !


------------------------------------------------------------

Les cinq aventuriers retournèrent le plus rapidement possible à l’île pour aider aux préparatifs. Le temps s’était calmé depuis le voyage d’aller, et la mer était alors relativement calme. A l’image de ces conditions clémentes, malgré la « tempête » qui s’annonçait, les insulaires se montraient d’une sérénité respectable qui serait pour eux un grand avantage. Répondant à son message, deux connaissances d'Alasdair Mac Creag de la guilde de Cathai Zankùsen, Claona Estrella et Tenshi no Hikage, se joignirent à leurs rangs. .
Le groupe d’attaque principal fut formé avec une attention particulière. Il y avait Niamh Jeshira, Razhiel Zerock et Remus Rampcendre, qui avaient fait partie de la mission dans les Basses-Terres. Dari Tepes ensuite, ainsi que les deux alliés, Claona qui joindrait ses pouvoirs d’Elementaliste à ceux de Remus, et le parangon Tenshi, grand soutient pour tout le groupe. Ainsi, ils étaient assurés de frapper vite, et fort.
Une dizaine d’autres membres feraient le voyage, mais leur rôle était secondaire : s’assurer que leurs ennemis ne s’échappent pas, prévenir d’éventuels pièges et couvrir la retraite en cas d’échec.

Ils levèrent les amarres à l’aube, pour un nouveau périple dont certains commençaient d’ailleurs à très bien connaître l’itinéraire. D’ailleurs, nombreux étaient ceux qui, à force de traversées plus ou moins mouvementées, s’étaient familiarisés avec l’univers marin et maîtrisaient la navigation.

Au terme du voyage, au sortir des montagnes des Cimefroides, la tension était à son paroxysme. L’attaque allait se dérouler de nuit. Du sommet d’un promontoire, les combattants observaient les lueurs de la base de l’Alliance Chaotique. C’était un complexe de plusieurs bâtiments imposants, apparemment un domaine qui avait appartenu à un quelconque baron avant la fournaise. Cette région avait été moins touchée par la dévastation des Charrs, car les édifices étaient encore debout, mais la végétation avait ici aussi brûlé. Au loin, on put entendre le hululement d’une chouette : c’était le signal, l’Alliance chaotique était à présent encerclée.
Sans perdre de temps, les six bras de la vengeance descendirent le flanc de la colline, et pénétrèrent tels des ombres dans le domaine. Quelques guetteurs assoupis furent assassinés en silence, jusqu’à ce que l’un d’entre eux donne l’alerte. Alors, les ennemis pris au dépourvu sortirent de leur trou, et se rassemblèrent dans la cour en quelques instants. Ils avaient deux moines avec eux et étaient en nombre égal, mais bien moins préparés et organisés. Et surtout, ils n’avaient pas la haine que ressentaient pour eux les rescapés de l’Armée du Silence.
S’avançant à leur tour dans la cour, les six combattants se préparaient à l’assaut. Seules les lumières des bâtiments éclairaient la scène, et les yeux des perfides Chaotiques encore mal habitués à la pénombre distinguaient à peine leurs silhouettes. Un échange bref et grossier se fit entre les deux camps, et les pourritures de l’Alliance Chaotique comprirent rapidement à qui ils avaient affaire.

Niamh Jeshira abaisse brutalement sa hache, hurlant un « Chargez ! » lourd en rage et en soif de sang. Instantanément, elle et Razhiel se précipitent vers l’ennemi, lames brandies. Derrière eux Dari, Remus et Claona commencent à incanter, et Tenshi à entonner un chant de courage à ses compagnons d’arme. Mais de courage ils n’ont guère besoin. Déjà, les malédictions du nécromant sèment le trouble dans l’esprit de leurs adversaires, les faisant hésiter devant ces six intrus qui paraissent douze tellement leur hargne est grande. Ils parviennent tout de même à se mettre en position défensive, le moine et les lanceurs de sorts derrière, les plus résistants devant. Leur instinct les pousse à concentrer sur Razhiel et Niamh, qui résistent tant bien que mal aux enchantements et aux sorts d’énergie. Lorsque les deux « hacheurs » parviennent enfin à portée de la ligne de défense désordonnée, ils foncent dans une brèche trop évidente. La nécromante se glisse avec souplesse entre les ennemis, le guerrier en armure en bousculant violemment deux sur son passage. Même s’ils se retrouvent ainsi isolés, leur geste n’est pas irréfléchi. Ils convergent tous les deux sur un pauvre moine adverse, qui n’a le temps que d’incanter un sort de protection. Une rune bleutée flottant dans l’air se forme devant lui, avant de se matérialiser sous forme d’un léger halo à quelques centimètres de son corps. Il reçoit immédiatement après de puissants coups de haches, partiellement absorbés par ses protections. Claona et Remus font pleuvoir une véritable tempête d’éléments sur leurs adversaires, pendant que le parangon soutient à distance les deux téméraires au corps à corps.

Deux ensorceleurs qui se tiennent non loin du moine, à force d’enchantements et de sortilèges, commencent à faire fléchir le guerrier à l’armure d’arc-en-ciel et la nécromante en dentelle. Ses cruels alliés fondent sur les combattants malgré leurs blessures magiques, et les assaillent de coups et de nouveau ensorcellements. Un homme aux cheveux roux et à la coupe ridicule, maniant la faux, se montre particulièrement redoutable. Ses coups son larges et puissants, et ses sorts de zone infligent une grande douleur. Le diable de moine, profitant de ce cours répit, entame une prière de soins : il est en effet couvert de son sang, de larges entailles parcourant son corps, prêt à tomber. Alors qu’il est sur le point d’achever son appel curatif, ses yeux s’écarquillent et de sa bouche en « o » jaillit une gerbe écarlate. Un long javelot vient de le traverser de part en part, pénétrant dans sa poitrine pour ressortir entre ses omoplates. Figé, il tombe lourdement sur le sol de la cour. Remerciant Tenshi de ce coup de maître évitant que leur « travail » ne soit réduit à néant, les deux bretteurs font maintenant face à leurs assaillants. Pris entre l’acier et le feu, leur position n’est guère enviable. Alors qu’ils se battent et s’acharnent, Dari s’extasie à leur infliger un mal atroce. Grâce à lui, ils perdent lentement leur énergie vitale, et s’approchent un peu plus de la mort à chaque fois qu’ils frappent. Deux d’entre eux, un élémentaliste et un derviche à l’allure sombre, décident de changer de cible et se tournent vers Tenshi, Remus, Dari et Claona. Le faucheur charge, mais trop faible pour esquiver les sorts ou pour y résister, termine carbonisé et s’effondre deux pas avant d’atteindre son but. Mais le mage adverse projette des boules de feu sur eux, et la chaleur des explosions est insupportable.

Alors qu’il ricane nerveusement en faisant s’agiter en tous sens les quatre héros, une violente attaque de hache vient lui taillader le dos, lui arrachant un cri de douleur. C’est Razhiel, qui voyant ses amis en danger a tout de suite attaqué le mage. Pendant ce temps, Niamh s’est jetée sur une ensorceleuse, absorbant son énergie en lui plaquant sa main sur le visage. Elle se remet ainsi un peu de ses blessures, mais l’autre ennemi, se concentre sur elle. La jeune femme ne voit plus rien, un drôle de malaise la surprend, et elle finit par lâcher sa victime. Derrière, le mage adverse peine, malgré les soins intensifs du moine. Les efforts conjugués des aventuriers sont en train d’en venir à bout. Dari dissipe un enchantement protecteur, le rendant ainsi vulnérable à une attaque dans laquelle le Razhiel met toutes ses forces : dans un bruit ignoble, sa grande hache vient lui fendre le crâne comme une citrouille trop mûre.

Le combat est si violent qu’au loin, ceux qui étaient restés autour du domaine entendent le bruit des armes, des explosions et des hurlement, et voient d’étranges flashs de lumière qui les accompagnent.

Entraînés par leurs réussites, Dari, Claona et Remus assaillent de sorts le moine, et le guerrier charge hache levée l’homme ensorceleur. Submergé par les flammes, les bourrasques et autres éléments, le soigneur doit reculer, laissant ses deux alliés à la merci des armes. Tenshi No Hikage entonne un nouveau chant, et quand Razhiel assène un coup dans le flanc de son ennemi, celui-ci s’embrase en un fragment de seconde ! Ses cheveux flambent, puis ses habits, et sa chair… D’abord un peu surpris, le guerrier à la hache ne fait preuve d’aucune pitié et continue à frapper cette torche humaine. Face à son ensorceleuse trop coriace, Niamh se détourne et cours intercepter le moine qui s’en allait en douce. Un coup de hache de Wing dans les mollets le fait tomber à terre, pendant que Dari lui inflige maintes souffrances avec ses malédictions, et que Claona invoque une pluie de météores. La nécromante a juste le temps de s’éloigner, quand les projectiles embrasés viennent marteler le moine cloué au sol. Dans un cri déchirant, ce pitoyable être s’éteint…
Un javelot dans le bas-ventre et un nouveau sort incandescent achèvent les souffrances de l’ensorceleur, qui s’effondre aux pieds de Razhiel. Son acolyte féminine voit alors la mort venir à grands pas. Les six compagnons fondent sur elle, et elle se trouve noyée sous une vague d’acier et de magie. En quelques secondes, elle expire et tombe au sol.

Trop épuisés pour faire quoi que ce soit, les vainqueurs s’affalent au sol.
Le pauvre Razhiel a l’impression que sa tête va exploser à cause des enchantements, et sous son armure règne une chaleur démentielle.
Claona, Remus, Dari et Tenshi ont les cheveux partiellement réduits en fumée, et leurs corps sont parcourus d’hématomes douloureux. Un énorme bourdonnement leur empli la tête, et les deux alliés de l’Ordre de Canthaì Zankùsen sont complètement éblouis sous l’effet des explosions.
Niamh enfin, est au bord de l’évanouisement : de larges estafilades saignent sur son corps, et les deux ensorceleurs l’ont rendu plus folle encore qu’elle ne l’était.


Tenshi No Hikage trouva tout de même la force de crier le signal de la victoire, perçu par les quelques membres de soutient aux alentours. Ceux-ci accoururent, s’assurant que le domaine avait bien été vidé de ses occupants. Une fois les combattants remis sur pieds, les différents bâtiments furent mis à sac puis incendiés, et les cadavres enterrés uns à uns. Niamh proposa de planter leurs têtes sur des piques pour avertir ceux qui reviendraient sur ce lieu, mais sa requête fut repoussée.
Il restait sans doute de nombreux membres de l’Alliance Chaotique, mais privés de leur base et d’une grande partie de leurs troupes, ils n’étaient plus bons à rien.

Enfin le cœur un peu allégé de leur fardeau, ils rentrèrent vers leur refuge, contant sur le chemin leur exploit. Ils avaient laissé derrière eux bien de mauvaises pensées… et dans les cales de leur navire qui les amenait jusqu’à leur île, des coffres remplis d’or les accompagnaient. Leurs anciens ennemis faisaient apparemment de grands profits !


De retour sur leur petite île, les vainqueurs furent joyeusement acceuillis par ceux qui étaient restés. Un banquet serait organisé le lendemain soir sous le grand hall, pour fêter leur victoire comme elle le méritait !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Alvy
Meisterin


Inscrit le: 10 Nov 2006
Messages: 1316
Localisation: Dans la boîte

MessagePosté le: Dim 04 Mar 2007 11:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

Lorsqu’il est arrivé, par la mer, ce matin-là, Hlyna était déjà affairée, accroupie devant une énorme malle, à archiver la masse de documents qu’Angmar avait stockée dans son bureau et qu’elle avait eu le bon sens d’emporter.
Elle rejeta en arrière une mèche de cheveux qui semblait la gêner tout en soufflant sur l’épaisse couche de poussière qui recouvrait certains parchemins.

Elle se releva et déposa une pile de rouleaux de parchemins sur la table avant de s’étirer lorsqu’on frappa à la porte.
Après y avoir été autorisée, Cerrydwen ouvrit légèrement la porte et passa sa tête dans l’entrebâillement.


"Hlyna, pardonnez moi de vous déranger mais vous avez un visiteur.", lâcha-t-elle sur un ton gêné que Hlyna ne lui connaissait guère.

"Merci Cerrydwen, qu’il entre", lui répondit la moniale, étonnée bien que confiante quant au discernement de Cerrydwen.

La jeune rôdeuse ouvrit la porte, permettant ainsi au visiteur de pénétrer dans le modeste maison qui était désormais celle de Hlyna, Naelia et Alasdair.
Hlyna resta coite, se contentant de fixer le visiteur, effarée. Cerrydwen s’éclipsa discrètement derrière la porte de bois.
Après quelques secondes, et alors même que la surprise avait laissé place, sur le visage de Hlyna, à un triste sourire, elle s’avança vers lui.


"Cela faisait longtemps, Mhenlo."

Le jeune moine détailla la pièce tout en lui répondant d’un air dégagé.

"Oui, cela fait quelques années qui vous avez quitté Ascalon sans laisser la moindre trace… Comment vous portez vous, et comment va le bébé ?... Enfin, elle ne doit plus en être un à présent…"

"En effet… Bien, je vous remercie et vous-même ?"

"Bien… Pas si bien que cela, à vrai dire, je ne serais pas ici si c’était le cas."

Hlyna lui présenta une chaise et prit elle-même place de l’autre côté de la table.

"J’ai eu beaucoup de mal à retrouver votre trace, Dame Elnis… Pour être honnête, c’est même un hasard si j’en ai été informé. Il semble que nous ayons toujours des relations communes au Temple de la Sérénité… Lorsque j’ai appris ce qu’il était advenu de votre organisation et où vous vous trouviez… J’ai besoin de vous."

Leur conversation dura un long moment, plusieurs heures sans doute. Avant qu’il ne reparte par le même navire, Hlyna l’accompagna sur l’embarcadère et l’assura qu’elle ferait son possible pour lui venir en aide. Un rendez-vous fut fixé, la semaine suivant, sur l’île.

Bien que l’objet de sa visite ait été des plus préoccupants, c’était à Mhenlo que songeait Hlyna tandis qu’elle gravissait les escaliers qui la conduisait à sa maison. Cela faisait plus de 4 années qu’elle ne l’avait revu… et il choisissait exactement le moment où elle tournait la page pour faire ressurgir ses souvenirs. La moniale n’avait jamais été proche de cet homme, ni de quiconque à cette époque de sa vie, mais son époux l’avait été. Mhenlo était un très jeune moine pour lequel il éprouvait une grande sympathie. Elle se remémora leur rencontre, et avec elle, les souvenirs heureux de son mari. Les yeux emplis de larmes, elle franchit le seuil de sa nouvelle demeure et ne put se résoudre à réfléchir plus avant à la demande de Mhenlo ; elle se laissa choir sur un des fauteuils.

Le lendemain, et après avoir pris soin de confier l’étonnante visite du moine et sa motivation à Eol, Hlyna réunit ses compagnons dans le hall commun.


"Bonjour à tous, et merci d’avoir répondu à l’invitation.
Hier, j’ai reçu une visite plus qu’inopinée. Un moine que nombre d’entre vous ont probablement déjà rencontré est venu solliciter notre aide et je tiens à la lui fournir. Je vais tâcher d’être synthétique. Vous n’êtes pas sans ignorer quelle agitation règne en Elona et avez sans aucun doute eu connaissance des activités suspectes du Maréchal de Guerre de Kourna. Une rumeur circule, je l’ai appris de Mhenlo, en territoire Kurzick : Les Luxons se seraient rapprochée de Kourna. Dans quel but ? Tous semblent l’ignorer. Il est même possible que tout cela ne soit que pure allégation, nous ne connaissons que trop bien la rivalité qui oppose les deux factions.
Quoi qu’il en soit, je suis décidée tirer tout cela au clair. Les esprits s’échauffent déjà parmi les Kurzicks et il serait plus que dangereux de laisser se détériorer la trêve qu’observent les deux factions."


La moniale détourna quelques instant les yeux de ses compagnons rassemblés pour fixer la silhouette d’une envoûteuse restée à l’entrée du hall. Hlyna hésita mais décida de se tenir à la décision qu’elle avait prise - Après tout, à aucun moment Malie n’avait agi de façon à éveiller le moindre soupçon…
La jeune femme reprit :


"Notre réseau d’informateurs est plus que développé en Tyrie. En Cantha, nous disposons de quelques relais fiables. Mais en Elona, c’est un tout autre problème. Cependant, il semble qu’un de nous puisse nous orienter vers les interlocuteurs adéquats."

D’un geste, elle invita l’envoûteuse à la rejoindre.

"Je vous cède la parole, Malie."

La moniale recula d’un pas tandis que le sourire cordial que l’envoûteuse avait adressé à Hlyna s’estompait. Ses traits s’étaient durcis, elle fixa chaque visage et s’adressa à l’assemblée sur un ton professionnel :

"Bonjour. Certains d’entre vous me connaissent peu. Cependant, il va vous falloir me faire confiance. Je dispose de contacts en Elona et en Cantha qui sauront nous fournir les renseignements dont nous avons besoin.
J’ai eu le loisir d’observer les méthodes de l’Armée du Silence. Ce à quoi vous allez prendre part cette fois est bien différent. Il va vous falloir faire preuve d’une absolue *Malie insiste sur le terme* discrétion. Les gens auxquels je vous adresse risquent leur vie et toute indiscrétion peut nous faire perdre un informateur précieux. En outre, sur place, aucun nom ne vous sera communiqué…

*Malie marque une pause*
Je ne vais pas vous dispenser de leçon, mais certaines choses sont indispensables : Vous devrez vérifier l’identité de vos interlocuteurs, vous faire reconnaître d’eux, mémoriser les codes qui seront employés, ne prendre aucune note et en aucun cas vous ne devez divulguer le nom de votre contact.
*Nouvelle pause, l’envoûteuse tente d’adopter un ton plus avenant avec plus ou moins de réussite*
En Elona, votre interlocuteur kournan se nomme Munashe. Vous pourrez le rencontrer dans la Baie de Nundu. Mais n’accostez pas à cet endroit, ils sont peu habitués à accueillir des visiteurs. Le Havre de Yohlon est plus indiqué. Dites à Munashe que Melia La Tyrienne vous envoie. S’il feint l’incompréhension, partez sans attendre.
En Cantha, faites preuve de la même prudence et ne prononcez ni mon nom, ni celui de Melia. La personne que vous devez voir se nomme Axton. Il est luxon et erre la plupart du temps dans les archipels au sud de Cavalon. Il vous fera sans doute part de théories idiotes quant aux kappas mais ayez la patience et la politesse de l’écouter. Répondez lui que « Le danger n’effraie pas les âmes pures pas plus que Zhu Hanuku. » De la même manière, s’il feint l’incompréhension, partez.
Il y a sans doute beaucoup à ajouter mais vous avez là les informations essentielles. Merci de votre attention."


L’envoûteuse recula d’un pas. Elle indiqua à Hlyna d’un hochement de la tête qu’elle en avait terminé et, ce faisant, se détendit quelque peu et esquissa un sourire. La moniale hésita avant de le lui rendre, encore en proie à un étonnement manifeste quant à la façon qu’avait eue Malie de "traiter" son sujet. A la réflexion, le professionnalisme de l’envoûteuse lui plaisait et elle la remercia brièvement avant de reprendre.

"Je crois que Malie a donné tous les détails de cette opération. A un détail près. Y a-t-il des volontaires pour m’accompagner en Cantha et accompagner Eol Alanor en Elona ?"

Bien entendu, nombreux furent ceux qui acceptèrent de prendre part aux expéditions. Lioki Deshnel Sihun, Remus Rampcendre, Dari Tepes et Razhiel Zerock accompagneraient Hlyna à Cavalon tandis que Niamh Jeshira, Celor Feru et Alasdair Mac Creag suivraient Eol en Elona.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Alvy
Meisterin


Inscrit le: 10 Nov 2006
Messages: 1316
Localisation: Dans la boîte

MessagePosté le: Dim 04 Mar 2007 11:32 am    Sujet du message: Répondre en citant

Sur l’île de l’Ordre de Diessa…

Les premiers rayons du soleil commençaient à peine à réchauffer l’air frais et baignaient la petite île d’une pâle lumière. A l’exception de Celor, qu’une étrange affection obligeait à garder la chambre, tous étaient au rendez-vous, ce jour-là, au petit matin.
Hlyna s’était réveillée bien avant les autres afin de confier sa fille à Cerrydwen et avait entraîné Alasdair jusqu’au hall avec une avance considérable. Assis sur les marches de l’escalier de pierres, ils discutaient avec un sérieux apparent lorsque leurs compagnons arrivèrent, les uns après les autres, et se joignirent à eux. Niamh Jeshira, la sombre nécromante, fut vite rejointe par Lioki Deshnel Sihun et Razhiel Zerock. Dari Tepes arriva dans un silence remarqué tandis que Hlyna gagnait le petit pont de bois afin de mener Remus Rampcendre jusqu’au groupe ainsi rassemblé.
Tous échangeaient politesses et conseils en tous genres lorsqu’Eol Alanor les rejoignit enfin et les informa qu’il ne pourrait les accompagner en Elona, sa présence étant requise en Ascalon. Contrariée par ce soudain changement dans ses plans, Hlyna demanda quelques explications à Eol, en aparté. Mais déjà, les chamailleries allaient bon train parmi les membres de l’expédition. Lioki et Niamh n’avaient bien entendu pas manqué cette occasion de laisser ressurgir leur animosité et l’attitude Razhiel tranchait avec sa bonhomie habituelle.
La moniale dut intervenir pour calmer les esprits qui s’échauffaient et renonça à informer dès à présent le groupe chargé de la mission en Cantha qu’elle ne pourrait les suivre au-delà de Cavalon. En effet, les récentes recherches qu’avait menées la moniale sur les terres luxonnes risquaient de compromettre la sécurité du groupe et la réussite de sa mission… Elle les en informerait sur place, il n’était pas judicieux d’attiser davantage les tensions.
L’absence de Celor contraignit Dari à rejoindre les rangs du groupe en partance pour Elona, l’homme s’exécuta de bon gré, contre toute attente. Quant à Eol, il indiqua à ses compagnons qu’un dénommé Ismaël Naar Akhal les attendrait au Havre de Yohlon et les guiderait sur les terres éloniennes.
Tout semblait rentrer dans l’ordre et les sept compagnons gagnèrent le port où deux navires les attendaient. Sur l’embarcadère, Hlyna et Alasdair s’isolèrent un moment avant de rejoindre leur groupe respectif. La moniale partait pour Cantha, accompagnée par Lioki, Remus et Razhiel, tandis qu’Alasdair prenait la direction de Kourna avec Niamh et Dari.




Plus tard, en Elona…

Au terme de plusieurs jours de navigation sur une mer récalcitrante, Alasdair Mac Creag et ses compagnons nécromants atteignirent enfin le port de Yohlon. Comme le leur avait indiqué Eol, un élémentaliste les y attendait. En dépit de son très jeune âge, Ismaël exprimait une grande confiance en lui et ses riches vêtements ne laissaient aucun doute quant à sa filiation aristocratique. Les politesses d’usage échangées, Alasdair proposa à ses compagnons de partir sans attendre à la recherche de Munashe. Tous quatre se mirent en devoir d’explorer la région de la Baie de Nundu à la recherche de l’interlocuteur indiqué par Malie Orkaan. Cependant, la faune locale contraria leur progression et ce ne fut qu’à grand renfort de magie que les deux élémentalistes et les deux nécromants parvinrent à se frayer un passage jusqu’à Munashe.
Ce dernier les accueillit avec une agréable bonne humeur, leur proposant ses services afin de leur procurer quelque objet magique. Déclinant poliment sa proposition, le groupe lui fit part des raisons de sa présence. Dari eut la présence d’esprit de suivre à la lettre les indications de Malie et l’informa que Mélia La Tyrienne les envoyait à lui. Le visage de Munashe s’éclaira d’un large sourire. S’assurant que personne ne les espionnait, et avec une grande simplicité, il s’enquit de la bonne santé de Malie. Rassuré, il demanda aimablement aux étrangers ce qui les amenait en de si lointaines contrées et les renseigna de la façon suivante :

« A ma connaissance, luxons et kournans n’entretiennent aucune relation particulière. Enfin, aucun lien sérieux ou de nature à constituer un quelconque danger. Ceci dit, je ne suis pas un expert en la matière. Vous devriez vous adresser Talmehinu, elle en saura peut-être plus. Vous la trouverez dans le Marais du Soleil. Elle est d’une nature un peu méfiante, remettez lui ceci de ma part. »
Munashe confia à Alasdair un petit médaillon en fer blanc et lui demanda de bien vouloir transmettre ses amitiés à Mélia.

Les quatre compagnons prirent donc la direction du Marais du Soleil et trouvèrent sans difficultés la femme en question, assise à l’ombre d’une falaise, occupée à remettre de l’ordre dans un baluchon rempli de marchandises de toutes sortes. Repérant les étrangers, elle leur fit signe d’approcher et tenta vainement de troquer quelques pièces d’or contre des matériaux locaux. Loin de se laisser distraire, Niamh lui indiqua poliment que la raison de leur présence était toute autre. Afin de confirmer les dires de la nécromante, Alasdair sortit le pendentif de sa giberne et le tendit à la vieille femme. Loin d’avoir l’effet escompté, Talmehinu se détourna du groupe afin de reprendre ses activités. Elle lâcha négligemment n’avoir rien à leur dire et leur intima de passer leur chemin. Bien qu’échaudés par sa réponse, les quatre compagnons se refusèrent à quitter les lieux et insistèrent habilement. Constant qu’elle ne pourrait se débarrasser de ces visiteurs importuns sans leur avoir accordé l’audience réclamée, elle se fit une raison ; cela aurait au moins le mérite d’effacer sa dette envers cet insupportable Munashe.
« Faites vite. », leur intima-t-elle sèchement.
Niamh interrogea donc la vieille femme quant aux relations qu’entretenaient Kournans et Luxons. Cette dernière lui fournit une réponse quelque peu laconique, les informant cependant que Varesh avait bien entamé des négociations avec les Luxons, plusieurs mois auparavant. Talmehinu ignorait si cela avait abouti à un quelconque accord.
Face à cet échec relatif, Alasdair interrogea la vieille femme, cherchant à obtenir le nom d’une personne apte à les renseigner. Trop heureuse de se débarrasser d’eux, elle lui répondit :

« Allez voir Jomar, un artisan de la Procession de Turai. Et ne lui dites pas comment vous êtes arrivés jusqu’à lui ! »
« Nous ferons selon votre volonté. Merci pour votre aide. »
« Humm. »
Elle n’en dit pas plus. Le groupe prit donc la direction du nord et des dangereuses terres de Turai.

L’anti-chambre du désert, ce fut ainsi qu’apparut la Procession de Turai aux quatre magiciens tandis qu’ils quittaient les terres rouges et boisées du marais. Ismaël leur conseilla de commencer leur exploration par le nord-ouest, la partie orientale de la région étant parcourue sans relâche par l’armée kournane. Ils progressèrent donc sur ces terres désolées et colonisées par des créatures de plus en plus dangereuses ; Le groupe avait atteint les confins de Kourna. Enfin, un homme apparut et tous quatre souhaitèrent ardemment qu’il s’agît de Jomar.
L’homme regarda les étrangers approcher comme il regardait tous les autres, un sourire aux lèvres, pensant à quel parti il pourrait tirer de la situation. Une fois que le groupe fut à portée de voix, il leur adressa :

« Approchez ! Ne soyez pas timides ! Jomar peut certainement faire quelque chose pour vous ! »
Leur bonne étoile ne les avait pas abandonnés…
Ne pouvant se prévaloir d’aucun contact qui les aurait adressés à lui, Alasdair présenta sa requête avec tact et prudence. Et elle fut reçue positivement. Aux yeux de Jomar, la loyauté était une valeur marchande et il ne laisserait résolument pas passer pareille aubaine de gagner quelque argent sans rien avoir à faire.
L’homme laissa donc entendre qu’il pourrait éventuellement les aider. Mais tout avait un prix, et cette information coûtait de collecter du granite. Jomar leur indiqua qu’ils pouvaient se le procurer en tuant les aberrations de pierre qui peuplaient le nord de la région et le groupe se mit donc en quête des créatures.
Au terme d’âpres combats, ils parvinrent à réunir trois fragments minéraux et les apportèrent sans attendre à l’artisan.
Ce dernier hésita ostensiblement à profiter de l’occasion pour ajouter une autre clause à leur accord mais l’attitude menaçante de Niamh l’intimida. Il consentit à leur répondre.

« Nul accord n’a été trouvé. Lorsqu’ils ont découvert les véritables desseins de la Dame, les luxons n’ont pas voulu être mêlés à ses agissements maléfiques. Les émissaires luxons sont partis il y a plusieurs semaines déjà. »
Jomar s’interrompit, apercevant, au loin une unité de militaires kounans.
« Vous ne pouvez pas rester. S’ils nous trouvent ensemble, ça ira mal, pour vous et pour moi. Quittez Kourna. Partez vers le nord. Vous n’êtes plus qu’à quelques kilomètres de la Porte de la Désolation. Allez ! »
Alasdair le remercia rapidement et le groupe se mit immédiatement en marche vers le nord.

Il ne leur fallut pas plus de deux heures pour atteindre la frontière séparant les terres kournanes du désert qui s’étendait au-delà. Harassés par leur longue marche mais satisfaits d’avoir accompli leur mission, les quatre magiciens s’accordèrent un repos mérité. Alasdair s’entretint avec Ismaël afin de déterminer quel chemin leur permettrait de gagner la côte sans risque et le jeune garçon lui indiqua une voie longeant le désert de la Désolation. Ce dernier avait fait preuve d’un indéniable talent et ses conseils, tout au long de leur périple, s’étaient avérés avisés. Ils suivraient donc à nouveau ses recommandations et quitteraient leur refuge dès l’aube.

Le lendemain soir, au terme d’une journée de marche, Niamh, Alasdair, Dari et Ismaël atteignirent le Havre de Yohlon. La valeur du jeune élémentaliste convainquit Alasdair de lui proposer de les suivre jusqu’à leur île, où Ismaël pourrait rencontrer Nathanaël. Celui-ci accepta sans effusion et tous quatre embarquèrent sur le navire qui les ramenait chez eux.




Au même moment, en Cantha…

Afin d’atteindre au plus tôt Cavalon, Hlyna, Lioki, Razhiel et Remus renoncèrent rejoindre Kaineng. Contournant le continent canthien par l’est, puis remontant le lit d’un fleuve, ils jetèrent l’ancre non loin des Fonds Marins de Boreas. Dès lors, il ne leur fallut pas plus d’une demie journée de marche pour rejoindre la capitale luxonne.
Ils se frayèrent difficilement un passage à travers la foule compacte qui s’était rassemblée autour des étals. Lorsqu’ils furent parvenus à s’isoler, Hlyna se décida à informer ses compagnons qu’elle ne pourrait les suivre au-delà de Cavalon. Ses récentes incursions en territoire luxon et les enquêtes qu’elle y a menées avaient éveillé les soupçons ; sa présence risquait donc fort de compromettre la mission et la sécurité de l’envoûteuse et des deux hommes. Bien que surpris par cette information qu’ils durent juger bien tardive, Lioki, Razhiel et Remus acceptèrent sa décision de demeurer en ville et se mirent en quête de l’informateur désigné par Malie à travers les Archipels.

Aaxton fut repéré à proximité des Plaines de Jade. Individu étrange s’il en est, l’homme semblait errer, perdu et en proie à des hallucinations. Ce fut Lioki qui engagea la conversation avec courtoisie. Cependant, Razhiel, robuste et imposant guerrier, perdit son sang froid tandis qu’Aaxton faisait preuve de mauvaise volonté, et hésita à le tuer d’un coup de hache. Il n’en fallut pas plus au luxon pour refuser de coopérer avec ces dangereux étrangers. Cependant, la force de persuasion de Lioki et Remus et l’éloignement du guerrier ramenèrent Aaxton en de meilleures dispositions. De plus, l’envoûteuse ne manqua pas de se faire l’écho de la phrase-code indiquée par Malie :

« Le danger n’effraie pas les âmes pures, pas plus que Zhu Hanuku. »
Rasséréné, l’informateur consentit à leur parler, tout en leur indiquant ne rien vouloir savoir de leur commanditaire et de leurs objectifs. Les trois aventuriers s’entendirent répondre qu’Aaxton avait assisté à de bien étranges évènements et ne savait plus que penser de ses concitoyens. Cependant, il éprouvait de grandes difficultés à croire que les luxons seraient assez fous pour faire confiance à Varesh. L’homme ponctuait son discours de fréquentes digressions, prononçant quelques phrases prophétiques au sujet de monstres marins, lesquelles ne manquèrent pas de susciter la suspicion de Lioki et Remus. N’ayant guère d’autre choix, ils se résignèrent tout de même à suivre le conseil d’Aaxton et à se mettre à la recherche d’une femme dénommée Losi Hapatu, laquelle, selon ses dires, pourrait les informer plus précisément.

Dame Hapatu vivait dans une petite maison des Collines de Maisheng. Ce fut donc cette direction qui guida les pas des trois compagnons. Mais rien ne se déroula comme prévu. Si leur progression en ces terres hostiles s’était faite sans problème majeur jusqu’alors, il n’en alla pas de même lorsqu’ils quittèrent les Plaines de Jade. Une colonie de nagas agressifs et sanguinaires leur barra la route. Le combat fut âpre et, n’écoutant que sa bravoure, Razhiel s’interposa entre les viles créatures et ses deux amis. Avec leur aide, il parvint à terrasser les nagas, mais au prix d’une profonde blessure à l’abdomen. En dépit de son talent, Remus Rampcendre ne put que soulager temporairement le guerrier qui dut se réfugier dans une ville toute proche et abandonner sa mission.
Une envoûteuse et un élémentaliste, seuls, fussent-ils talentueux… Voilà qui compromettait les chances de voir cette mission couronnée de succès.
Pourtant, aucun d’eux ne se laissa gagner par l’appréhension et ils poursuivirent leur marche vers l’est. D’autres hordes de nagas furent anéanties avec brio avant que Lioki et Remus ne repérassent une jeune femme, non loin des Etendues de Bai Paisu. Harassés et transis de froid, sous une pluie battante, ils l’interrogèrent.
Faisant preuve d’un savant mélange de mauvaise foi et de provocation, Losi joua sans complexe avec leurs nerfs. Leur patience avait été consumée par les épreuves qu’ils avaient surmontées pour parvenir jusqu’ici et il n’en fallut pas davantage pour que Remus manquât de s’emporter. Cependant, la femme consentit à leur apporter des réponses à la condition que les deux aventuriers consentissent à répondre à ses questions. La jeune femme avait visiblement décidé de tirer parti de la situation et de s’amuser de leurs déboires. Trois énigmes leur furent donc soumises.

« Il y a deux pères et deux fils autour d’une table sur laquelle sont posées quatre fruits. Chacun en prend un. Il en reste un au milieu de la table. Pourquoi ? »
« Qu'est ce qui a une bouche mais ne parle point, qui a un lit mais ne dort point, qui a des bras mais pas de mains ? »

Non sans fierté, Lioki vint à bout des deux premières avec une déconcertante facilité, ce qui agaça prodigieusement Losi Hapatu. Mais cette dernière, bien décidée à remettre l’envoûteuse à sa place, leur proposa une ultime énigme, à laquelle Lioki ne parvint à trouver une quelconque logique.
« Je viens sans qu'on y pense. Je meurs en ma naissance. Et celui qui me suit, ne vient jamais sans bruit. »
La jeune informatrice exultait… Cependant, son contentement fut de courte durée, et Remus, qui était jusqu’alors resté silencieux, lui proposa une réponse qui s’avéra exacte.
Losi tenta de se soustraire à sa part du marché mais la conviction de ses deux interlocuteurs vint à bout de sa mauvaise volonté. Elle consentit enfin à leur livrer les informations en sa possession :

« Des kournans sont venus nous solliciter, en effet. Mais nul accord n’a été conclu. Cependant, le sujet est des plus sensibles pour les dirigeants luxons qui craignent à présent que la faction rivale n’ait été avertie de ce lamentable épisode. Les étrangers faisant l’objet de tous les soupçons, vous ne devriez pas vous attarder ici. »
Lioki et Remus ne se le firent pas répéter. Au terme d’un repos plus que mérité à Bai Paisu, ils quittèrent les collines humides en direction de l’est.

Peu après midi, le lendemain, les deux compagnons atteignirent enfin les Plaines de Jade où ils retrouvèrent un Razhiel presque rétabli et prêt à les suivre jusqu’à Cavalon. Ils rejoignirent la capitale peu après le coucher du soleil.
Hlyna, comme elle le leur avait indiqué, les attendait dans une petite auberge discrète, à l’écart de la foule de la cité. Elle s’enquit de leur santé, en particulier de celle du guerrier, et des informations qu’ils avaient pu collecter. Le succès de leur expédition leur valut les félicitations et les remerciements de la moniale, laquelle les invita à gagner leur chambre ; le navire les ramènerait chez eux dès le lendemain matin.




Deux nuits plus tard, sur la petite île de l’Ordre de Diessa…

Disposées sur la longue table de bois, deux bougies éclairaient la pièce principale de la maison. Accoudée au rebord de la fenêtre, Hlyna, visiblement inquiète, attendait impatiemment le retour d’Alasdair, scrutant l’horizon pourtant plongé dans une obscurité presque totale. Enfin, un rayon de lune lui permit de distinguer ce qui semblait être un bateau, non loin de la côte. La moniale ne perdit pas un instant et gagna l’embarcadère à la hâte.

Niamh, Alasdair, Dari et un jeune garçon qui lui était inconnu descendirent enfin du navire, les traits tirés par leurs récentes épreuves. La moniale et l’élémentaliste s’étreignirent longuement tandis que les autres gagnaient l’auberge afin d’y loger Ismaël.
Alasdair et Hlyna empruntèrent les escaliers menant à leur demeure tout en s’enquérant de leur santé. Une fois rassurés, ils échangèrent les informations collectées en Elona et en Cantha.

« Tout cela est cohérent. Nous pouvons en conclure que Kournans et Luxons ne sont pas parvenus à un accord. Ces informations vont permettre d’éviter que plus de sang ne soit versé. Mhenlo sera ravi de l’apprendre. », conclut la moniale.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> Background de la guilde Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com